(Crédit: Twitter)

Benny Gantz appelle à l’unité des partis de centre-gauche

Le chef de Kakhol Lavan, Benny Gantz, a déclaré lundi soir qu’il avait « eu tort » d’avoir serré la main de Benyamin Netanyahou et d’entrer dans sa coalition plus tôt cette année, et a plaidé pour une alliance de tous ceux qui s’opposent au chef du gouvernement, afin de le renvoyer de ses fonctions. « Trois fois, nous étions sur le point de nous assurer qu’il mettrait fin [à son travail] », a affirmé le ministre de la Défense lors d’une conférence de presse à Tel Aviv.

S’adressant aux dirigeants du réseau de partis de centre-droit et de centre-gauche qui ont surgi ces dernières semaines, Benny Gantz a appelé à une alliance de plusieurs partis qui s’opposent au maintien du pouvoir de Netanyahou, ce qui implique qu’il ne suppose pas qu’il dirigerait une telle alliance. Il a exhorté Yaïr Lapid (Yesh Atid), Ron Huldai (les Israéliens), Moshe Ya’alon (Telem), Avigdor Liberman (Yisrael Beytenou), Nitzan Horowitz (Meretz), Itzik Shmuli (Labour) et Yaron Zelekha (Nouveau parti économique) pour venir à une réunion pour « chercher et trouver le chemin. « C’est une heure d’urgence. Nous ne pouvons pas laisser [Netanyahou] nous briser en tranches de partis », a lancé Benny Gantz.

Gabriel Attal