(Crédit: AIU)

Dvorah Serrao sur Radio J: « J’ai pour projet de garder la ligne de l’Alliance qui n’est pas polarisée »

La nouvelle directrice générale de l’Alliance Israélite Universelle (AIU) était l’invitée de Steve Nadjar dans le journal de 14h de Radio J ce mardi après-midi. Celle qui a succédé le mois dernier à Raphy Marciano est revenue sur ses ambitions pour l’AIU. « J’ai comme ambition de m’inscrire dans le projet de l’Alliance qui est un projet d’abord lié à l’éducation des jeunes, des très jeunes, des jeunes étudiants, des jeunes adultes. Et surtout de garder la ligne de l’Alliance qui n’est pas polarisée mais qui cherche un point d’équilibre au milieu des différents extrêmes, où nous souhaitons porter une voie du Judaïsme, une voie de l’éducation qui est mesurée, très axée sur les textes, et même si elle peut-être diverse et plurielle, surtout inscrite dans la Tradition. Ma deuxième ambition ce serait de développer cette activité de l’Alliance, de poursuivre ce qui doit être poursuivi, et de développer au maximum toutes les initiatives qui sont déjà en place au sein de cette noble institution », a déclaré Dvorah Serrao.

La directrice de l’AIU s’est également penchée sur la digitalisation des contenus et des enseignements. « La digitalisation pose d’abord un premier problème qui est celui de savoir si on digitalise pour rapprocher les êtres humains ou simplement pour leur donner un meilleur accès, plus simple, plus facile, plus digital, aux contenus. Les deux sont-ils antinomiques ? L’un peut-il aller avec l’autre ? Est-ce qu’on doit favoriser une approche ou une autre ? N’oublions pas qu’une école c’est aussi à vivre ensemble. Faire entrer le digital c’est souvent la crainte du corps enseignant c’est justement de se retrouver face à un écran, c’est la grande peur des parents, des enseignants, c’est se retrouver face à un écran et ne plus avoir ce lien tellement important puisqu’une école c’est une communauté, une société, le lieu de l’apprentissage des valeurs républicaines, sociales et communautaires, a ajouté Dvorah Serrao.

Gabriel Attal