(Crédit: DR)

Le CCIF va contester sa « dissolution politique » devant le Conseil d’Etat

Le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) va contester devant le Conseil d’État sa dissolution par le gouvernement, suite à l’assassinat du professeur d’histoire Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine. Il dénonce une mesure « politique » décrétée alors qu’il n’avait « pas le moindre rapport avec cette affaire », a annoncé vendredi 4 décembre son avocat. « Le CCIF ira au Conseil d’État pour montrer que cette dissolution est un abus de pouvoir de M. Darmanin, instrumentalisé à des fins politiques car le CCIF a comme d’autres organisations critiqué la politique du gouvernement et sa tendance à restreindre les libertés », a déclaré Me Sefen Guez Guez. Mis à part le CCIF, deux autres structures accusées par le gouvernement de proximité avec l’islam radical ont été dissoutes après la mort de Samuel Paty: l’ONG BarakaCity et le collectif « Cheik Yassine ».

Gabriel Attal