(Crédit: DR)

L’Arménie et l’Azerbaïdjan signent un accord de « cessez-le-feu total » sous l’égide de la Russie

L’Arménie et l’Azerbaïdjan ont signé un accord de « cessez-le-feu total » lundi 9 novembre sous l’égide de la Russie, mettant fin aux hostilités dans la province du Haut-Karabakh, après six semaines de combats meurtriers. « Le 9 novembre, le président de l’Azerbaïdjan [Ilham] Aliev, le Premier ministre de l’Arménie [Nikol] Pachinian et le président de la fédération de Russie ont signé une déclaration annonçant un cessez-le-feu total et la fin de toutes les actions militaires dans la zone du conflit », a annoncé le président russe Vladimir Poutine, dans la nuit de lundi à mardi aux médias. Selon lui, les belligérants gardent, au terme de l’accord, qui est entré en vigueur à 21h lundi, « les positions qu’ils occupent ». Moscou déploie 2 000 soldats dans la région pour assurer le respect du texte.

L’Azerbaïdjan reprend le contrôle de districts autour du Haut-Karabakh, sorte de glacis de sécurité constitué par les Arméniens autour de la république autoproclamée depuis 30 ans. Bakou a aussi conquis des territoires de la province séparatiste à proprement parler. Les terres encore sous contrôle arménien le restent, et un corridor les reliera à l’Arménie, selon Vladimir Poutine. Le président azerbaïdjanais, Ilham Aliev, s’est félicité d’une « capitulation » de l’Arménie. « J’avais dit qu’on chasserait [les Arméniens] de nos terres comme des chiens, et nous l’avons fait », a-t-il affirmé.

Gabriel Attal