(Crédit: Doron Horowitz/GPO)

Le Kippour israélien s’adapte au coronavirus

Israël, comme la diaspora, se prépare à cet étrange Yom Kippour. A partir de 14 heures cet après-midi et jusqu’au 11 octobre, le pays sera donc de nouveau confiné, cette fois beaucoup plus sévèrement. Les synagogues, fermées pour toute la durée du confinement, rouvriront exceptionnellement pour les 25 heures de Kippour, de dimanche après-midi à lundi soir.

Chaque communauté va devoir aménager et organiser cet office hors-norme. A l’intérieur des synagogues, il faudra respecter les espaces de 4 mètres carrés pour chaque fidèle, ce qui obligera à réduire la jauge au minimum. Ceux qui ne seront pas arrivés à temps pour être admis à l’intérieur, devront prier en plein air, par petits groupes de 20 personnes.

Les rabbins ont déjà donné des consignes pour le déroulement des prières. Il faudra commencer l’office du matin le plus tôt possible, pour permettre la prière en extérieur, qui ne devra pas durer plus de trois heures consécutives, afin de limiter les risques d’insolation et de malaise décuplés par le jeûne. Il sera évidemment interdit de toucher les rouleaux de la Loi, sauf par la personne qui fera la lecture. L’usage du gel hydro-alcoolique sera autorisé et même obligatoire pour éviter la contagion, tout comme le port du masque.

Certaines communautés utiliseront un livre de prières conçu il y a quelques années pour permettre aux soldats isolés ou aux malades hospitalisés d’effectuer la prière, en ne conservant que les passages indispensables et ceux qui peuvent être lus sans la présence de dix hommes. Ce qui permettra de raccourcir la durée de l’office et aussi d’être utilisé par ceux qui resteront chez eux, qu’ils soient confinés, malades ou sujets à risque.

Certaines initiatives ont même recours à la technologie. Ainsi, l’Institut Hartman de Jérusalem, du courant orthodoxe moderne, propose à ceux qui ne pourront pas se rendre à la synagogue, une diffusion pré-enregistrée de tout l’office de Kippour qui sera diffusé sur internet. Il suffit de se connecter avant l’entrée de la fête et de laisser tourner l’ordinateur sans y toucher, en retirant la fonction veille pour l’empêcher de s’éteindre.

Des figures de l’orthodoxie séfarade, comme le rav David Yosef, ont appelé les fidèles à prier à l’extérieur ou à leur domicile, rappelant qu’ils devaient absolument s’abstenir de mettre en danger leur propre vie ou celle des autres. Il a même soutenu la mesure de fermeture des synagogues. D’autres rabbins du courant orthodoxe ont quant à eux rappelé l’ordre de priorité qui doit guider le Juif le jour de Kippour. D’abord la vie : il faut la sanctifier et la protéger. Ensuite le jeûne : ne doivent jeûner que ceux qui le peuvent et donc pas les malades. Et enfin seulement, la prière : la prière collective n’est pas une obligation absolue, si ses conditions ne sont pas réunies.

D’ici dimanche, les recommandations et conseils pratiques devraient encore se multiplier pour permettre de passer ce jour de Kippour dans les moins mauvaises conditions possible. Ce sera aussi l’occasion de faire une pause et de reprendre un peu de hauteur au-dessus du bruit épuisant de cette épidémie.

Pascale Zonszain