Le rabbin avait publié des messages choquants sur sa page Facebook (Crédit: DR)

Le coronavirus engendre une vague d’antisémitisme dans le monde

Le centre Kantor de l’université de Tel Aviv a recensé 456 actes violents antisémites dans le monde en 2019, soit une hausse de 18%. Si les auteurs de l’étude n’ont pas encore inclus les statistiques de 2020, ils ont toutefois noté que la pandémie de coronavirus avait déclenché une vague conséquente d’antisémitisme. Depuis le début de l’épidémie, les réseaux sociaux regorgent de messages haineux, antisémites, racistes et de théories du complot. « Il y a des liens directs entre l’actuelle propagation du coronavirus et celle de l’antisémitisme », a déclaré Félix Klein, le commissaire du gouvernement allemand chargé de l’antisémitisme. Fin juillet, Josef Shuster, le président du Conseil central des Juifs en Allemagne, a exprimé son inquiétude quant à la profusion de théories du complot sur les réseaux sociaux rendant les juifs responsables de la propagation du virus.

En France, l’ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a notamment été visée. « Pendant que Buzyn refusait de fermer les frontières, son mari Lévy empêchait Didier Raoult de publier ses résultats. Tandis que Jérôme Salomon liquidait notre stock de masques. Mais bon officiellement l’empoisonnement des puits au moment de la peste relève du mythe », a écrit ainsi un internaute sur Twitter.

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme a déposé plus de cinquante plaintes depuis mars, a indiqué son président, Sammy Ghozlan. « L’antisémitisme a surtout continué sur les réseaux sociaux. C’est quelque chose de récurrent, le juif est le bouc émissaire. On reçoit deux à trois signalements hostiles par jour, que ce soit des actes antisémites ou des messages sur les réseaux ».

Gabriel Attal