La Hongrie autorise l'entrée de chohatim sur son sol (Crédit: autorisation EMIH/ Nezer Hakashrut)

La Hongrie autorise l’entrée de chohatims à cause d’un risque d’une pénurie de viande cacher

En raison d’une crainte de pénurie de viande cacher liée à la pandémie de coronavirus dans certaines régions d’Europe, le gouvernement hongrois a accepté d’autorisé douze chohatim à contourner la quarantaine de deux semaines normalement requise et à commencer immédiatement leur travail dans un abattoir cacher du sud du pays.

Tous les sacrificateurs rituels ont été contrôlés et ont subi plusieurs dépistages avant leur départ de leur pays d’origine afin de s’assurer qu’ils n’étaient pas porteurs du covid-19. Un processus contrôlé par l’association juive hongroise orthodoxe en partenariat avec l’entreprise alimentaire casher Nezer Hakashrut, qui procède à des abattages rituels dans des établissements partout en Europe.

Gabriel Attal