Qui est Benny Gantz ?(Crédit: Twitter Benny Gantz)

Qui est Benny Gantz ?

Benyamin Benny Gantz est né en 1959. Il fêtera ses 61 ans au mois de juin. Il est marié depuis 30 ans à Revital et père de 4 enfants.  Ses parents, originaires d’Europe centrale, ont survécu à la Shoah. Ils ont été parmi les fondateurs du mochav de Kfar Ah’im, où Benny Gantz a vu le jour. Après des études secondaires dans un collège public religieux, Benny Gantz entame son service militaire en 1977, dans les rangs des parachutistes et va gravir les échelons. En 2001, il est promu au grade  de général et commande l’armée de terre lors de la Deuxième guerre du  Liban de l’été 2006.

En 2011, Benny Gantz succède à Gabi Ashkenazi comme chef d’état-major de Tsahal, poste qu’il occupera jusqu’en 2015. C’est sous son commandement que se déroule l’opération Bordure Protectrice, les 50 jours de combat contre le Hamas dans la Bande de Gaza de l’été 2014. Benny Gantz avait ensuite été épinglé par le contrôleur de l’Etat, pour ne pas avoir suffisamment mis en garde le gouvernement sur la menace des tunnels terroristes du Hamas.

En 2015, le général Gantz raccroche l’uniforme et débute une carrière civile dans le monde du high-tech. Il prend notamment la direction de la société Cinquième Dimension, qui déposera le bilan en 2018. Parallèlement, il entame une activité publique dans le domaine associatif et participe à un think-tank sur le règlement du conflit israélo-palestinien, où il préconise une séparation d’avec les territoires palestiniens, la poursuite de la construction dans les implantations de Judée Samarie et le maintien du contrôle militaire de la Dépression du Jourdain.

C’est la dissolution de la Knesset en décembre 2018, qui marque son entrée en politique. Benny Gantz fonde le parti Résilience pour Israël et annonce son ambition de devenir Premier ministre. Rapidement, il se rapproche du parti centriste laïc Yesh Atid, dirigé par Yaïr Lapid, et de Moshe Yaalon, ancien ministre de la Défense et chef d’état-major de Tsahal, qui vient lui aussi de monter son parti. Tous les trois font alliance, recrutent un troisième général, Gabi Ashkenazi, et fondent ensemble la liste Bleu Blanc.

Benny Gantz et Yaïr Lapid conviennent que si leur liste remporte les élections, ils se succèderont à la tête du gouvernement. On connait la suite. Aux scrutins d’avril puis de septembre 2019, ni le Likoud ni Bleu Blanc ne parviennent à former de gouvernement, contraignant le pays à retourner aux urnes une troisième fois il y a six semaines.

Et là, coup de théâtre : Benny Gantz, investi du mandat de former le gouvernement, rompt son alliance avec les deux partis de la liste centriste et décide de négocier directement avec Benyamin Netanyahou la formation d’un gouvernement d’union. Ses anciens alliés crient à la trahison. Benny Gantz lui, invoque l’urgence de la crise sanitaire qui doit passer avant ses promesses de ne jamais siéger avec un Premier ministre inculpé de corruption. Alors, le débutant en politique s’est-il fait manœuvrer par le vétéran Netanyahou ? A-t-il bradé ses convictions au profit de son ambition, ou met-il vraiment son avenir politique en péril pour privilégier le bien de l’Etat ? C’est maintenant que commence l’épreuve de vérité pour le Premier ministre Benny Gantz, même s’il ne doit succéder à Benyamin Netanyahou qu’en novembre 2021.

Pascale Zonszain