Israël se mobilise contre le coronavirus. Crédit: GPO.

Coronavirus : Israël se mobilise

S’il n’est pas encore certain que le Covid-19 soit la plus grave épidémie de ces dernières décennies, c’est en tout cas celle qui suscite en Israël le plus de réactions. Les mesures préventives prises jusque-là par le gouvernement pouvaient paraitre excessives, mais elles paraissaient encore ne concerner qu’une infime minorité de la population. L’entrée du pays avait été interdite aux ressortissants chinois dès l’identification du virus. Sur les quinze touristes israéliens retenus en quarantaine sur le paquebot japonais, seuls trois ont dû être hospitalisés au Japon, et un seul des voyageurs de retour en Israël a contracté le virus, mais il était déjà en isolement.

C’est au cours du weekend que la situation a subitement évolué. Avec l’annonce de la contamination de neuf ressortissants sud-coréens qui ont été diagnostiqués positifs au coronavirus, moins d’une semaine après leur retour d’un voyage en Israël. Le communiqué d’urgence du ministère de la Santé a déjà permis de mettre en isolement une centaine d’élèves et leurs enseignants qui avaient visité un site du Néguev et la forteresse de Massada en même temps que le groupe sud-coréen. Des professionnels du tourisme qui ont été en rapport avec les touristes se sont également fait connaitre.

Mais avec cet épisode, la menace a changé de catégorie. Au fur et à mesure que le virus se propage dans le monde, les autorités israéliennes y donnent des réponses sur trois plans : l’avertissement, la précaution, le refoulement. Le ministère des Affaires étrangères émet des avertissements aux voyageurs vers les pays à risque, comme c’était déjà le cas pour la Chine et d’autres pays d’Asie et qui s’étend maintenant à la Corée du Sud et à l’Italie. La précaution est la mesure d’isolement à domicile, imposée à tout Israélien revenant d’un pays contaminé, pour 14 jours, la durée d’incubation du virus. Enfin, le refoulement, ordonné par le ministère de l’Intérieur, concerne les ressortissants des pays contaminés ou de voyageurs étrangers passés par ces pays et qui voudraient entrer en Israël. Désormais, Israël a fermé ses frontières aussi aux voyageurs en provenance de Corée du Sud et du Japon.

Mais que faire avec  les touristes qui sont déjà entrés en Israël ? Et ce n’est pas seulement le cas des sud-Coréens. On peut supposer que d’autres soient potentiellement porteurs du virus. Et la multiplication des contacts multiplie les risques pour les Israéliens qui ont pu être en contact avec le virus à l’étranger et qui sont revenus avant que l’on ait pu déterminer que la zone où ils se trouvaient comportait un risque.

Ce sont l’ensemble des questions auxquelles doivent répondre les autorités israéliennes, sachant que la situation est en constante évolution et qu’un nouveau facteur de risque en entraine une série. Israël a d’abord tenté de tenir la crise hors de ses frontières, même au prix de mesures non diplomatiques. Il lui faut maintenant éviter de devenir à son tour un foyer du virus. Et ça va devenir beaucoup plus compliqué.

Pascale Zonszain