Aviv Kochavi a présenté son plan pour la période 2020-2024 pour Tsahal. Source: GPO/Haim Zach.

Tsahal 2.0 : le nouveau plan de développement de l’armée israélienne

Le général Aviv Kochavi a présenté son plan quinquennal pour Tsahal. Plus vite, plus fort, plus loin. Voilà qui pourrait résumer ce plan qui doit faire entrer l’armée de défense d’Israël dans une nouvelle phase.

Tout d’abord, l’accent est mis sur la menace iranienne. Tsahal aura désormais un commandement spécifique, uniquement consacré à la lutte contre l’Iran. A la fois par le renseignement et la surveillance des activités de l’Iran dans la région, mais aussi par un armement destiné à renforcer les capacités de frappe d’Israël.

L’idée du chef d’état-major est qu’il faut que chaque opération soit tout à la fois plus précise, plus massive et plus rapide. Les conflits ne devront pas durer plus de quelques jours ou quelques semaines. Une confrontation qui s’enlise au-delà, affaiblit les capacités opérationnelles et surtout menace l’arrière. De plus en plus, les offensives ennemies sont des tirs de missiles contre les populations civiles. Il faut donc que Tsahal soit en mesure de neutraliser les capacités de feu de l’ennemi le plus vite possible.

C’est pour cela que le général Kochavi veut moderniser l’armement de Tsahal. Il projette notamment la mise en place de deux escadrilles supplémentaires équipées de chasseurs bombardiers F35. Les anciens hélicoptères seront remplacés par des nouveaux modèles. Environ 150 chars seront retirés du circuit pour être remplacés par des Merkava 4, le modèle de tank le plus avancé. Le plan prévoit aussi l’acquisition de 4 vedettes lance-missiles supplémentaires pour la protection des gisements de gaz en Méditerranée.

C’est d’ailleurs l’ensemble de l’armement qui va être modernisé, avec un renforcement de la capacité des missiles de tout type, qui vont considérablement augmenter la puissance et la  portée de feu israéliennes.

Tsahal va également se doter d’une nouvelle division qui comprendra deux brigades d’infanterie dont la brigade Kfir et une brigade de réservistes de blindés.

Moins de défense et plus d’attaque, c’est donc la doctrine du général Kochavi. Pour cela, il faut de l’efficacité, mais aussi de la coordination. Toute la défense aérienne passera sous un seul commandement. La technologie sera également une priorité, avec l’accent mis sur la cybernétique. Les différentes armes devront être en contact direct les unes avec les autres et en particulier avec les troupes sur le terrain, de façon par exemple qu’un commandant de détachement puisse communiquer directement avec un pilote de chasse.

Pour optimiser la communication et la surveillance, le plan prévoit aussi de doter Tsahal d’un nouveau satellite.

L’évolution des menaces oblige Tsahal à évoluer en conséquence. Il lui faut améliorer ses performances sur le terrain, en particulier contre les opérations de commandos très entrainés comme ceux du Hezbollah. Mais Tsahal doit aussi porter le combat rapidement loin de ses frontières, contre les missiles ennemis.

Le plan du général Kochavi est d’ailleurs à 70% offensif et 30% défensif. Une conception nouvelle, qui devrait donc transformer l’armée israélienne.

Pascale Zonszain