Emmanuel Macron, lors du Conseil européen du 19 décembre 2019 (Crédit: Elysée).

Macron en Israël pour une visite entre diplomatie et commémoration

Un programme marathon pour une première visite en Israël depuis son élection. Emmanuel Macron doit arriver mardi soir à Tel-Aviv. Un déplacement de 48 heures marqué par sa participation jeudi au 5e Forum sur la Shoah à Jérusalem. L’événement commémorera le 75e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau. Plusieurs dirigeants internationaux ont fait le déplacement pour l’occasion, notamment le vice-président américain Mike Pence, les chefs d’Etat allemand et italien, Frank-Walter Steinmeier, et Sergio Mattarella, ou encore le prince britannique Charles. Plus de 10 000 policiers sont déployés à Jérusalem dès aujourd’hui et les routes principales vers la capitale sont interdites au public.

La dernière visite d’Emmanuel Macron en Israël remonte à 2015 ; il était alors un fringant ministre de l’économie. Cinq ans ans plus tard, la situation politique et diplomatique dans la région est riche en interrogations.

Dans l’attente du « Deal du siècle »

Le président de la République rencontrera mercredi Benyamin Netanyahou, à un mois et demi des élections parlementaires israéliennes, puis le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Paris, comme toutes  les capitales de la région, est dans l’attente de la publication du « Deal du siècle », le plan de paix américain que Donald Trump pourrait dévoiler dans les prochains jours. Le conseiller spécial du chef d’Etat américain, Jared Kushner, sera d’ailleurs en Israël demain.

Une rencontre Macron-Poutine?

Emmanuel Macron pourrait également s’entretenir pendant son déplacement avec Vladimir Poutine, même si rien aucun rendez-vous n’est officiellement inscrit pour le moment sur l’agenda présidentiel. Le chef du Kremlin, qui rencontrera Benyamin Netanyahou et Mahmoud Abbas,  est particulièrement attendu en Israël, et pas seulement pour le débat stratégique autour de l’avenir de la Syrie et du nucléaire iranien. Vladimir Poutine pourrait annoncer lors de sa visite la libération de Naama Issachar. Cette Israélienne purge actuellement une peine de sept ans et demie de prison pour possession de cannabis, pourrait bénéficier d’une grâce présidentielle. Lundi, Benyamin Netanyahou a déclaré « espérer de bonnes nouvelles » dans ce dossier.