Benyamin et Sara Netanyahou, le 4 décembre 2019, à Lisbonne, au Portugal (Crédits: Kobi Gideon, GPO)

Primaires du Likoud: Netanyahou en position de force?

« Le roi Bibi aura-t-il un prince héritier ? ». C’est la question que se pose ce matin un éditorialiste du Jérusalem Post. Et c’est l’un des enjeux de la primaire pour la direction du Likoud organisé jeudi. Qui de Benyamin Netanyahou ou de Guideon Saar conduira la Liste du parti lors des élections générales du 2 mars prochain ? Le premier ministre sortant, élu à la tête du Likoud pour la première fois en 1993, part largement favori, mais son challenger y croit encore.

 Depuis 9 heures ce matin heure locale, une centaine de bureaux de vote interne sont sur le pied de guerre pour accueillir les 116 000 militants du parti de droite appelés à choisir leur chef. C’est une première au Likoud depuis 2014. A 16 heures, le taux de participation était de 22,6%. Un score faible qui s’explique en partie par la météo agitée que connaît aujourd’hui le pays. Avant le scrutin, on estimait qu’entre 40 000 et 70 000 devraient déposer un bulletin de vote avant la fermeture des bureaux à 23 heures. Une heure tardive qui vise à permettre à un maximum de membres du Likoud de participer au scrutin, considéré comme une rampe de lancement pour les élections parlementaires dans moins de trois mois. On devrait en connaître les résultats demain matin.

Eviter une « Feiglin »

Benyamin Netanyahou ambitionne de remporter largement ce scrutin pour réaffirmer sa domination sur le parti, quelque peu contestée depuis sa mise en examen dans trois affaires et son échec à former à deux reprises une majorité parlementaire.  

Dans le camp de Guideon Saar, l’heure n’est pas forcément à l’euphorie. On regrette notamment qu’une cour de justice du Likoud ait obligé les membres du parti à voter uniquement dans leur bureau de vote, ce qui pourrait amener certains de ses sympathisants, retenus loin de leur domicile, à ne pas voter aujourd’hui. Le challenger de « Bibi » qui espère ne pas rééditer le score de de Moshé Feiglin, le dernier adversaire de Netanyahou lors d’une primaire pour la direction du Likoud en 2014. Défendant un programme  ultra-nationaliste et libéral à outrance sur les questions économiques et sociétales, Feiglin avait alors recueilli 24% des suffrages.

Steve Nadjar